Le fusil français Chassepot et sa baïonnette. Soldat prussien armé du fusil Dreyse. Sergent français avec un fusil à tabatière. Casque de  cuirassier prussien. Infanterie  prussienne. Général prussien modèle 1857. Otto von Bismarck coiffé de son  pickelhaube. Landwehr  prussienne. La Joséphine, pièce de marine photographiée au bastion 40 pendant le siège de Paris. Canonniers-marins au fort de Vanves (janvier 1871) . Suite des  armes et des accessoires Infanterie wurtembergeoise. Obus allemand à percussion Dimensions : 19 cm x 8 cm environ, poids : 3,8 kg (à vide). Obus français à fusée Dimensions : 17 cm x 8 cm environ, poids 3,8 kg (à vide). Une pièce d'artillerie bavaroise et ses servants. Casques à pointe wurtembergeois (à gauche)         et  badois. Siège de la ville de Paris. 1870. Souscription des citoyens offrant des canons à la patrie en danger. (Texte de ce jeton.) Revolver réglementaire modèle 1858 utilisé par la marine française et, ci-dessous, pistolet réglementaire d'officier français modèle 1833. Balle et cartouches de la mitrailleuse de Reffye. Diamètre réel 13mm. Shako de chasseur (jäger) prussien, "tschako" mecklembourgeois, badois et casque d'officier de dragons bavarois. Cuirasse de cuirassier de la garde impériale. Cuirasse d'officier de cuirassés. Retour vers le cuirassier de 1870 et son équipement. Badois. Bavarois. Fusil bavarois  Podewils modèle 1858-67. Cette arme résultait de la transformation d'un fusil à piston se chargeant par la bouche. De gauche à droite,  balle de Chassepot taille réelle  25 x 11, 6 mm, poids 26 g. Balle de fusils "à tabatière".  Balle du fusil  Dreyse taille réelle 28 x 13,5 mm,  poids 31 g. Cartouche du fusil bavarois Podewils  modèle 1858-67 calibre 13, 9 mm. Sabre d'adjudant d'infanterie modèle 1845. Sabre de cuirassier modèle 1854. Fantassin français  armé d'un fusil Chassepot. Canon-obusier de campagne de 12 modèle 1853,  longueur 1,91 m, calibre 121 mm. Cette pièce tirait des obus explosifs de 4,1 kg. Poids  du canon 626 kg, poids en batterie 1200 kg. Insigne de casque  "à chenille" bavarois. Ci-dessus et porté attaché ci-contre, pistolet de cavalerie prussien modèle 1851. Shako français de sous-officier d'artillerie (1870) Obus allemand à balles (shrapnel). Fusil Enfield modèle 1853 acheté en Angleterre. C'est une arme à percussion à chargement par la bouche avec un canon rayé de calibre 14,7 mm. Revolver Remington modèle 1858 calibre 44 acheté par la Défense nationale en 1871. Revolver français Lefaucheux modèle 1854. Revolver français Lefaucheux calibre 12 mm modèle 1862. Revolver français Devisme modèle 1869. Acheté par de nombreux officiers cette arme de calibre 12 mm, à percussion centrale a aussi été utilisée pendant la guerre de 1870-71. Fusils modèle 1822 T Bis calibre 18 mm, une transformation du modèle 1822 à silex, avec sa baïonnette et sa balle. Armes réglementaires de Marine, système 1833. Hache d'abordage, poignard, sabre de bord (dit d'abordage) et pique d'abordage. "La pique d'abordage modèle 1833 est très efficace. Elle est utilisée pour repousser les attaques corsaires. Elle sert à blesser l'ennemi tout en le laissant à distance et à empêcher l'abordage. Longueur totale : 2,49 m". "Ce poignard est dénommé poignard de marine modèle 1837 dans les aide-mémoire d’artillerie navale de 1850 et 1888, il est communément rattaché au système 1833 avec le sabre, la hache et la pique de marine". Longueur 28,7 cm. Hache d’abordage réglementaire, modèle 1833. Longueur : 47,5 cm. Sabre de bord dit "cuillère  à pot" modèle 1833. Longueur 80 cm. Franc-tireur avec un fusil Remington. Artilleur  prussien. Artilleur  badois. Défense de Paris. Canonnière sur la Seine. (Gravure anglaise de l'époque).